La société

Présentation

Née de la fusion des sociétés de tir militaire et sportive en 1883, la société de tir de Corgémont compte actuellement plus d’une trentaine de membres actifs. Perpétuant la tradition suisse du tir sportif, les tireurs participent toute l’année à de nombreux exercices de tir et prennent part à différents événements communaux, régionaux et fédéraux, représentant fièrement les couleurs de Corgémont. Bien qu’attachée aux valeurs traditionnelles transmises par les générations précédentes, le comité maintient toutefois en permanence l’avenir dans sa ligne de sa mire. La relève est ainsi assurée au travers de la mise sur pied chaque saison d’un cours pour jeunes tireurs et tireuses.
Disposant d’infrastructures adaptées et répondant aux normes actuelles qu’elle entretient régulièrement, la société de tir accueille volontiers dans ses rangs toute personne intéressée à s'initier à la discipline.

Histoire

Bien que la pratique du tir sportif existe déjà à Corgémont depuis de nombreuses années, c’est en 1883 qu’est fondée la Société de tir « Militaire ». C’est au sein de cette nouvelle entité aux statuts et objectifs clairement définis que les fins guidons curgismondains peuvent s’exercer au tir

Hélas, la cohabitation avec les deux autres groupements de tir du village n’est guère cordiale, du fait notamment des disparités des infrastructures et des armes. Aussi, dix ans plus tard, en 1893, M. le maire propose, face à cet état de fait, une fusion des trois associations afin d’harmoniser la pratique du tir sportif à Corgémont.
Quelques années plus tard, en 1897, fort de 117 tireurs, la société organise le tir de District sur ses terres et, grâce aux bénéfices, améliorent la sécurité de la ciblerie.
En 1927, certains membres font sessions et fondent une nouvelle société de tir, la « Concours ». Malgré cela, le stand et la ciblerie restent aux mains de la Militaire. Il y avait à nouveau deux associations de tireurs à Corgémont entre lesquelles règne une entente cordiale.
Cette situation perdura pendant près d’un demi-siècle.
En 1977, la Concours qui ne possédait pas ses propres installations de tir, se rapproche de la société militaire. Un nouveau processus de fusion est alors engagé et aboutit en 1978 avec la création de la Société de tir Corgémont. C’est sous cette nouvelle bannière que les membres rénovent et agrandissent le stand de l’Envers. Les travaux s’effectuent progressivement entre 1979 et 1983.

En 1990, modernisation obligent, la ciblerie et les pas de tir sont équipés de cibles et d’écrans électroniques permettant une meilleure précision lors des exercices de tir. Cette nouveauté met définitivement au rencard les cibarres qui, pendant de nombreuses années, ont indiqué la position des coups directement sur les cibles.

Durant l’été 2016, selon les recommandations de la Confédération, des récupérateurs de plomb sont disposés derrière les six cibles. En effet, les nouvelles normes de protection de l’environnement obligent les sociétés de tir du pays à installer de tels dispositifs afin de stopper la contamination des sols par des métaux lourds. Grâce à ces récupérateurs, les tireurs de Corgémont peuvent désormais pratiquer leur passion l’esprit tranquille.

Source : SERMET Roland, Regards sur le passé de Corgémont, Commune municipale Corgémont, 1994.

Comité

Organigramme